cuisine-hildegarde-jardin-nathalie

Qui suis-je ?

Me présenter en quelques mots

J’ai eu un parcours atypique, à la fois par mes choix professionnels mais aussi par mes choix personnels. Mais c’est la maladie qui m’a mise, très jeune, en contact avec les plantes, sachant intuitivement que la médecine conventionnée n’aurait pas de solution pour moi.

J’ai donc, dès l’âge de 20 ans, participé à des stages de découverte sur les plantes sauvages, et suivi des cours de Naturopathie.

 

Voyageant beaucoup à travers le monde, et donc en contact avec des populations autochtones qui ont des connaissances traditionnelles sur la médecine naturelle, j’ai voulu expérimenté tous azimuts ce style de vie.

Puis en 2003, j’achète un bois avec une modeste maison “Marh-du” et je mets en place des formules « bien-être » autour de la cuisine et des massages de détente avec un accueil sous des yourtes mongols.

Traversant toujours la maladie, je dois cesser l’activité en 2011, vendre le fond de commerce et m’installer au bord du fleuve Le Blavet pour me consacrer tout spécifiquement à des recherches alternatives de santé pour me guérir.

 

C’est à ce titre que je m’intéresse aux écrits de Sainte Hildegarde de Bingen, abbesse visionnaire allemande du 12e siècle qui a su rétablir l’homme dans sa globalité en parlant du corps, de l’âme et de l’esprit, sans les dissocier.

Très vite, je pressens la possibilité de guérir. Alors, j’étudie et participe à des ateliers sur ses enseignements. Grâce à elle, j’apprends beaucoup sur la cuisine guérisseuse grâce aux plantes que j’ignorais jusque là, j’apprends aussi sur les modes de cuissons différents. Tout un monde médiéval succulent !

 

En 2013, je suis définitivement débarrassée de 30 ans d’eczéma handicapant et je retrouve une « peau de bébé ».

Depuis 2015, je suis revenue à “ Marh-du”, où je cultive la terre avec les « simples » du moyen-âge, qui servaient de base à la fabrication des remèdes.

Je donne également des conférences sur les bonnes pratiques de santé au jardin comme à la table avec Sainte Hildegarde de Bingen.

A ce jour, je suis en pleine forme, je décuple d’énergie. En hiver, j’enseigne l’art culinaire selon Sainte Hildegarde de Bingen dans les foyers de charité en Outremer.

Aujourd’hui, ma tâche et mon souhait, c’est de transmettre mes connaissances acquises au fil des années à un public soucieux de son avenir, de son devenir, cherchant à s’ancrer dans un mode de vie cohérent, écologique et durable.